MASTER BUSINESS 2.0
MASTER BUSINESS 2.0
>Votre nouveau réseau social B to C qui vous apporte "un clic sur l'avenir"!

MASTER BUSINESS 2.0

Votre Nouveau Réseau Social Business B to C
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Accueil
Soirée MASTER BUSINESS



Partagez | 
 

 Profession de foi des deux candidats à la présidence UMP: Le jeu des sept différences

Aller en bas 
AuteurMessage
Peterson MILLIEN

avatar

Messages : 693
Points MB : 3347
Réputation : 3
Date d'inscription : 17/09/2012
Age : 30
Localisation : Ris Orangis

11102012
MessageProfession de foi des deux candidats à la présidence UMP: Le jeu des sept différences

POLITIQUE - Comparatif des professions de foi des deux candidats à la présidence de l'UMP...

Deux candidats, deux professions de foi, une élection à la tête de l’UMP. Après la publication de la profession de foi de François Fillon, le 18 septembre dernier, Jean-François Copé publie ce mardi son document intitulé «Ensemble, nous allons faire de grandes et belles choses pour l'UMP et pour la France». Quelles sont les différences entre les deux documents des candidats à la présidence du parti de droite? 20 Minutes passe les deux documents au crible en sept points…

>> La profession de foi de Jean-François Copé publiée ce mardi

>> Et celle de François Fillon

Le poids des mots, le sens des photos

En quatre pages, le but de la profession de foi des deux candidats est de se différencier et d’exposer le plus clairement un projet. Pour ces deux documents de quatre pages, les textes sont courts et ajustés avec une ribambelle de photos. Deux choix sont opérés. Pour les clichés de François Fillon, ce sont plutôt des situations de réunions publiques ou de banquets militants qui ont eu lieu cet été (après la fin de son exercice à Matignon), sans oublier un cliché quasi-institutionnel de l’ancien Premier ministre devant les drapeaux français et européen. Moins de solennité pour les photos du député-maire de Meaux, qui illustrent des déplacements, sur plusieurs saisons, ainsi que deux photos faisant référence à l’ancien président de la République.

Le rapport à Nicolas Sarkozy

La référence à Nicolas Sarkozy, justement, n’est pas d’égale importance dans les deux professions de foi mais, hommage conscient ou non, les deux compétiteurs reprennent le leitmotiv «ensemble» du slogan de 2007: «Ensemble tout devient possible». La fidélité à l’ancien Président est plus marquée chez Jean-François Copé. En première page et en exergue, le député-maire de Meaux y affirme s’être «battu de toutes [s]es forces pour Nicolas Sarkozy», affirmant: «Quels que soient ses choix pour l’avenir, je serai à ses côtés», le candidat écrivant un peu plus loin «vouloir marcher dans ses pas». L’ancien chef de l’Etat apparaît en outre sur une photo aux côtés de Copé, tandis que sur un autre cliché, ce dernier prononce un discours derrière un pupitre barré du slogan de la dernière campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Le sens de ces références: marquer une filiation avec l’ancien chef de l’Etat, toujours très apprécié des militants.

Cette quasi-filiation n’est, en revanche, pas revendiquée pas François Fillon, qui préfère écrire: «Après cinq années d’action et de fidélité auprès de Nicolas Sarkozy que j’assume avec fierté…». Une manière d’associer son nom au plus haut exercice du pouvoir, en tant qu’ancien Premier ministre.

Les éléments de langage

Dans les deux documents, la récurrence «ensemble» est présente. Une référence assumée (voir point ci-dessus), mais également un mot unificateur qui apparaît dans les deux slogans «Ensemble nous allons faire de grandes et belles choses pour l’UMP et pour la France» pour Jean-François Copé, et «Ensemble, soyons les militants de la France» pour François Fillon, qui évacue ici le nom du parti au profit de la France. Une «France» qui est d’ailleurs omniprésente pour le député de Paris, avec 20 occurrences (sur quatre pages). Jean-François Copé utilise le mot «seulement» 11 fois. Sur l’acronyme «UMP» enfin, l’enjeu de ce document et de la lutte entre les deux hommes, l’ancien Premier ministre et le député-maire de Meaux font presque jeu égal, avec 12 références pour le premier, contre 14 pour l’autre.

Le rapport aux militants

Alors qu’un grand drapeau français barre la première page de la profession de l’ancien Premier ministre, qui s’imagine ainsi un destin national, Jean-François Copé apparaît sur la photo d’ouverture au milieu des militants, sans cravate et souriant. Un changement de registre net par rapport à son adversaire, puisque le secrétaire général du parti se range ainsi du côté des militants. Ce dernier n’oublie néanmoins pas le symbole du drapeau national, qui orne, en frise et sur toutes les pages, sa profession de foi. En termes d’occurrences, on retrouve trois fois le mot «militant» dans le texte de Jean-François Copé, contre cinq fois pour François Fillon, qui rappelle plus clairement son passé de militant. Sur le plan des idées, les deux candidats se ressemblent davantage, appelant à transformer le parti vers plus de décentralisation.

L’échéance de 2014 ou de 2017 ?

Le positionnement des deux candidats n’est clairement pas le même. Alors que Jean-François Copé martèle le message que le prochain chef de parti doit préparer les échéances électorales de 2014, François Fillon s’inscrit dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017, dans le but de «rassembler tous les Français». La vision du poste semble être des plus éloignées entre les deux candidats.

La stratégie de dévoilement des candidats

Deux hommes, deux caractères. Dans leur profession de foi, les deux adversaires se révèlent différemment aux militants, mais utilisent tout deux le vocabulaire de l’émotion. François Fillon utilise une anaphore («La France que j’aime»), retrace brièvement son passé de militant, avant d’évoquer son «devoir» de rassembler… Plus de fougue du côté de Jean-François Copé, qui écrit qu’entre les militants et lui, «une relation à part a grandi», évoquant «une amitié qui m’engage». «Passion», «amour» pour le député-maire de Meaux, qui écrit notamment: «J’aime notre parti, j’aime ses militants. Je suis passionné par la mission que je poursuis à la tête de l’UMP.»

La vision de l’UMP comme parti d’opposition

Tant Jean-François Copé que François Fillon se posent en chef de l’opposition, face à François Hollande et son gouvernement. Cette position d’opposants politiques est vue comme «énergétique, tonique», mais l’utilisation du lexical de la guerre par chacun des deux candidats est notable. François Fillon parle de «résistance», fait référence à la Seconde Guerre mondiale en parlant des marins de l’Ile de Sein (1940), utilise notamment les mots de «sacrifice», «bataille des idées», «reconquête» et «combattants». Pour Jean-François Copé, des références presque similaires, avec les mots et expressions «bataillons (de la relève)», «reconquête de territoires perdus», «combat», «bataille» ou encore «lutte». Un constat qui prouve au moins que les deux candidats partagent tous les deux le point de vue de la responsable de l’UMP Camille Bedin: une campagne «où les gens veulent le même poste en se faisant des bisous, ça n’existe pas».

Source: http://www.20minutes.fr

_________________
Cordialement,


Peterson MILLIEN,
le Gérant de MASTER BUSINESS

Site: http://master-business.lebonforum.com
Revenir en haut Aller en bas
http://master-business.lebonforum.com

 Sujets similaires

-
» Guide d'installation en profession libérale : 2010
» comment créer mes deux activités
» acomba sur deux pc
» le déficit USA ou le conte des deux fermiers
» Information CAF
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Profession de foi des deux candidats à la présidence UMP: Le jeu des sept différences :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

Profession de foi des deux candidats à la présidence UMP: Le jeu des sept différences

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MASTER BUSINESS 2.0 :: MASTER BUSINESS 2.0 V1 :: MASTER BUSINESS liberty connect :: Politique-
Sauter vers: